En cette période de rentrée, il est grand temps de se demander : L’université, quel rôle dans la société ? En France, la question entraînerait dizaines d’intellectuels de tous bords à débattre sans fin. Aux Etats-Unis, Le New York Times nous informe, sans un battement de cil, que la prestigieuse université d’Harvard sert à éduquer certes, mais qu’elle se diversifie dans la sape en lançant une collection de vêtements.

nytlogo379x64Le puit de science qu’est cette institution a décidé de capitaliser sur son image. Plutôt que d’essayer de casser son image de creuset élitiste WASP, l’université a choisi une ligne « preppy », comprenez BCBG, avec profusion de blazers à écusson et de bermudas kaki.

Le journal s’empresse de souligner que le but de cette ligne de vêtements n’est pas de générer des profits, mais plutôt d’alimenter les caisses de l’université, qui, rappelons-le, est une institution privée. Le principe rappelle la vente de gâteaux dans la cour de récré pour financer le voyage de fin d’année. En temps de crise, l’initiative peut séduire. Le modèle est-il exportable vers la France ? À quand la ligne de maquillage EFAP ou le loden griffé HEC ?

Retrouvez Les Pintades épluchent les canards chaque semaine sur Grazia.fr