#uneviedepintadeamoscou A savourer sans modération à partir du 22 février

pintadeamoscou 

 Les Moscovites filent le train de l’histoire au pas de course, bien décidées à se venger de sept décennies soviétiques. Leurs excès des années 1990 sont légendaires, mais elles n’en sont déjà plus là. Elles continuent leur profonde métamorphose. Certes, elles raffolent toujours de ce qui brille. Leurs manucures sont ciselées, leurs stilettos aiguisés. Mais sous leur plumage chamarré, les Moscovites sont autant de mères courage, bosseuses, passionnées, engagées. Moscou, c’est vrai, est rarement tendre avec elles. Alors, elles jouent des coudes et des griffes, pour s’ébrouer plus à l’aise.

 Madeleine Leroyer, journaliste française installée Moscou, a exploré cette volière à étages multiples, pour mieux découvrir les secrets de ces femmes aux faux airs de filles faciles.

 Les arrière-cours des immeubles où se cachent les ateliers des créatrices de mode, les cafés où arrêter le temps, les restaurants où savourer la « perestroïka » culinaire, les patinoires les plus romantiques, les meilleurs banyas pour se faire fouetter à coup de feuilles de bouleau, ou encore le dress code des clubs qui font la réputation des folles nuits moscovites: carnet d’adresses à l’appui, ce guide mènera vos pas dans une trépidante basse-cour.


 Madeleine Leroyer a 27 ans, elle vit et travaille à Moscou depuis 2008.
Diplômée de l'Institut d'Études Politiques de Paris, elle est la correspondante de la radio RTL, de BFM TV et de la Radio Suisse Romande, et collabore régulièrement avec RFI et Le Figaro.