LVoulzyPerforming3_091509Il y a des moments dans la vie où rien ne sert d’essayer de comprendre comment ou pourquoi les choses arrivent. Des unions inattendues, des mélanges détonnants... C’est un peu ce qui s’est passé mardi soir au MoMA.

Une soirée où Linda Evangelista recevait Laurent Voulzy en dégustant du foie gras et des truffes préparés par Daniel Boulud et Yannick Alléno. Eh oui, c’est Fashion Week et le happening, la soirée Notify, offerte par le magnat français du jeans, Maurice Ohayon, nous prouvait que dans la ville qui ne dort jamais, rien n’est impossible.

2LEvangelista_0915097d981bc68boutinLinda Evangelista, la coupe courte et le regard dur, râlant de ne pas avoir été suffisamment prise en photo mais refusant de laisser photographier ses chaussures (des escarpins Louboutin à clous), Daniel Boulud aux fourneaux, touillant un aligot et tranchant des saucisses de Bourgogne avec un air goguenard, demandant "Alors, elle est bonne ma saucisse ?", et Laurent, le chéri des Français, Voulzy venu pousser la chansonnette (sa première fois aux Etats Unis, donc mort de trac), en franglais, forcément, avec une version de trente minutes de Rockollection (on a tous dans l'cœur une petite fille oubliée…), avec en contre-champ des Françaises en pamoison (votre pintade y compris) devant leur star alors que les Américains se demandaient si c’était un karaoké.

Dans la foule, il y avait aussi Mary J Blige (qui n’a pas chanté), Ron Arad (dont l’expo No Discipline est présentée au 6e étage du MoMA), Vanessa Bruno, Yigal Azrouel, Anouk Lepère, Paul Sevigny…

Je ne veux pas être une pintade de mauvais augure, mais si je dois me fier à ce que j’ai vu là-bas, j’ai l’impression que pour les filles, la tendance de cet automne est aux talons über-vertigineux et au total look noir-déprime, l’anorexie en fashion statement. Je vous assure qu’il y avait au MoMA plus de filles en noir que dans la grande scène de funérailles du Parrain. Pour les garçons, la tendance, semble-t-il, est au short. Vu ce soir-là : quatre messieurs accoutrés d'un short, chemise, veste, jambes velues et chaussures de ville. Je préférais presque la tendance "jupe pour homme" du printemps dernier !
Donc, on résume : on va avoir aussi mal aux pieds que les saisons précédentes, avec mauvaise mine en prime. Un truc qui m'colle encore au coeur et au corps.

Grazia.fr